mercredi 22 novembre 2017
Chroniques de Barabara Jimenez Herrero
Barbara Jimenez Herrero

Barbara Jimenez Herrero

Dans mon cas, tout a bel et bien commencé à la naissance! Je suis née dans le vignoble familial et selon ceux qui me connaissent bien, comme Obélix, je suis tombée dans la marmite quand petite. Bon, je devrais dire, dans la cuve! Personnellement, je dis que j’ai du vin dans mes veines au lieu de sang. Lire la suite...

dimanche, 14 mai 2017 11:35

Initium – Gran Malbec 2013

En décembre 2016 je suis allée à Mendoza, en Argentine, pour visiter ma famille et mes amis. J’y suis allée pour me ressourcer, pour connecter avec mes origines et visiter le vignoble de ma famille, qui m’a inspiré pour faire aujourd’hui ce que je fais: avoir plaisir et passion pour le vin – la vigne, et je dois ajouter le cidre et les pommiers.

Résultat de ce voyage tout en haut mentionné et aussi un cadeau reçu que j’ouvre ce soir, le samedi 13 mai 2017, pour fêter la fête des Mères, que je suis.

Je vous présente donc Initium – Gran Malbec 2013, élaboré par Teresita Barrio et Cristian Moor, qui ensemble font les vins Moor-Barrio.

La robe est magnifique; couleur rouge violacé intense, brillant, limpide, avec des larmes qui décollent lentement, mais certainement (14% alc./vol.).

Au nez il a besoin de se faire carafer, de s’ouvrir, et je lui donne la chance de le faire,

car j’entrevois un vin plus que magnifique. Je regrette en ce moment de ne pas le partager avec Teresita, Cristian et ma famille (mon père aurait apprécié ce délice).

Le voici, je le décris: vanille, moka, bois harmonieusement présent, épices, poivre noir, réglisse noir, des fleurs s’amusent à apparaître entre les fruits noirs; je dirais des violettes, des glycines, la présence de fruits rouges aussi… tilleul? Est-ce possible ? Fleurs des pruniers, des pommiers, guinda, cerises, prunes; plus je lui donne du temps et plus il s’ouvre vers un extrêmement délicieux nectar. Quel beau cadeau, quel magnifique présent. Merci Teresita et Cristian, vous avez fait de moi une personne heureuse, ce soir. Je partage ce vin avec mon mari, qui a la patience d’attendre que je le décrive pour pouvoir en boire lui aussi.

En bouche, quel équilibre, quelle harmonie, quel cadeau!!! Les tannins doux sont présents, une très belle structure nous est offerte, rien ne dérange. Quel dommage que je n’aie qu’une seule bouteille!!! Par contre, quel grand honneur, car il y a eu seulement 1000 bouteilles produites et… je peux parcourir les entrailles de l’une d’elles.

Voici quelques photos de cette merveille. Vous remarquerez l’habillage d’une grande finesse, ainsi que des médailles: 92 points de Wine Advocate et 93 points de Tim Atkin MW. Je dois avouer qui les points sont plus que bien mérités.

barbara initium gran malbec2013 etiquette autographiee

barbara initium gran malbec2013 emballage bouteille

barbara initium gran malbec2013 bouteille

Attention, la bonne nouvelle est que vous devrez faire un voyage en Argentine pour vous en procurer une bouteille, s’il en reste… Si vous ne trouvez pas de bouteilles, au moins vous aurez visité un des plus beau pays au monde.

Moor-Barrio Wines

Bárbara Jiménez Herrero
Œnologue
514 831-9441
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Présidente de l’Association Canadienne des Œnologues

samedi, 24 octobre 2015 15:21

Jean Pierre Colas, Vinificateur de talent

Le 4 mars 2015, j’ai participé à un évènement à Montréal où j’ai gouté le vin mousseux de 13th Street Winery.

 En août, avec mon père, qui est œnologue et mon oncle un grand amateur de vin, j’ai décidé de faire un arrêt à la Winery 13th Street, car je désirais leur faire découvrir les merveilles de Jean-Pierre Colas.

Quel beau vignoble, quel bel endroit!! Quoi dire, les vignes ont souffert du dur hiver 2014-2015, mais ils s’en sortiront. C’était  vraiment beau.

Les vins de Jean-Pierre Colas en général
Je me suis arrêté sur son Pinot Noir. Eh oui, méchamment bon pour quelqu’un qui ne voulait pas en faire du Pinot. Pur délice! Élégant, fruité, boisé, très équilibré, invitant, charmant, intéressant.
Si, par hasard, vous n’aimez pas son Pinot Noir, son Gamay est génial, son Syrah est exquis et pour quoi pas, prendre aussi ses blancs. Il ne faut surtout pas oublier son mousseux.

barbara colas par barbara

 

À propos de Jean-Pierre Colas
Il faut vous mettre en contexte et parler de l’âme qui est derrière. Il faut parler du Vinificateur, et oui je ne me suis pas trompée et j’ai écrit Vinificateur avec majuscule.

Il faut parler du coloré Jean Pierre Colas. Quel personnage!!!! Ouvert, gentil, généreux, souriant, bon vivant. Ses vins sont à son image.

Né à Chablis, il a travaillé dans son lieu de naissance et dans plusieurs caves en France. La vie l’a aussi amené au Chili et en Argentine pour travailler avec Chandon à Mendoza. Vinificateur d’expérience, il s’est installé au Canada parce que le pays l’a intrigué et attiré.

En étant ici, il a mit ses expériences à l’épreuve et il a fait des choses magnifiques. On le nomme «M. Gamay» ou bien «le roi du Gamay».

Allez visiter la winery, allez-y pour les vins, mais surtout allez-y pour lui. Quel type!
L’âme du vin. C’est en connaissant le vinificateur ou l’œnologue que nous arrivons à boucler la boucle.

Bravo Jean Pierre Colas. Tu as tout mon respect!!!

LIENS:

Domaine 13th Street Winery13th Street Winery

SAQ Cellier

 

Bárbara Jiménez Herrero
Œnologue
514-831-9441
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Présidente de l’Association Canadienne des Œnologues

samedi, 23 mai 2015 09:54

Le métier d’œnologue

Entre connaissances acquises et expériences, entre rigueur et inspiration, à la croisée des sciences et des arts, à la lumière des néons de laboratoires ou sous les feux de la rampe, le métier d’œnologue passionne, fascine, engendre confiances aveugles ou critiques.

Depuis la création du DNO, il y a 60 ans, la profession d’œnologue s’est codifiée, organisée, structurée. En France 5 écoles délivrent le Diplôme National d’œnologie et « produisent » chaque année entre 230 et 280 nouveaux œnologues.
Dans quelques jours (du 4 au 6 juin )se tiendra à Agde, le congrès national des œnologues.

Source: http://www.vitisphere.com/

Depuis quelques temps, on lit dans les journaux qu'untel ou untel est oenologue. Juste pour vous mettre dans le contexte, voici une chronique que j'avais écrite sur cette profession.
L’œnologue est mal connu ainsi que les différents métiers qu’il peut exercer. Loin d’être seulement un chimiste du vin, l’œnologue est synonyme de vecteur d’informations et de progrès technique.
Lire la suite de ma chronique, ICI

Barbara Jimenez Herrero
Présidente de l'Association Canadienne des Oenologues

Jérémie D’Hauteville
Vice-président de l'Association Canadienne des Oenologues

Contacts :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.acoe.com/english/

dimanche, 30 novembre 2014 23:24

On se demande où tout a commencé...?

Dans le cadre de la Fête des Vins du Québec, édition 2014, tenue au Marché Bonsecours, quatre invitées spéciales du domaine vinicole & viticole ont été honorées, dont Barbara Jimenez Herrero. Voici son discours intégral - l'éditeur.

Dans mon cas, tout a bel et bien commencé à la naissance! Je suis née dans le vignoble familial et selon ceux qui me connaissent bien, comme Obélix, je suis tombée dans la marmite quand petite. Bon, je devrais dire, dans la cuve! Personnellement, je dis que j’ai du vin dans mes veines au lieu de sang. 

Toute petite, j’accompagnais mon père dans les tâches quotidiennes au vignoble et le fait de participer à tout cela me donnait un très grand plaisir!

Mon passe-temps préféré, au moment de la « siesta » était de faire le design des vignobles au bord du « tanque australiano (réservoir d’eau pour boire et aussi pour irriguer) » et de tester les canaux d’irrigation à la fin de la journée. 

Je suis rentrée à l’école primaire en sachant que je voulais faire le même travail que mon père quand je serais adulte. Toute une histoire commence!!! Pour votre information, les gènes de persévérance, insistance, et force de caractère je les ai hérités de ma mère et ils m’ont grandement aidé dans la vie. Les gènes de la curiosité, de l’amour pour la nature (la vigne, les oliviers, le vin et l’huile d’olive), la patience envers elle et le respect profond pour elle proviennent de mon père. Mon père m’a aussi donné un magnifique cadeau « ma mémoire olfactive » qui a su m’aider à la développer en m’incitant à tout sentir et gouter (terre, feuilles, fleures, fruits, légumes, épices, etc). 

Au courant de ma vie, plusieurs entraves se sont présentées à moi, j’étais une femme dans un monde d’hommes, de machos!!. Ma famille a tout fait pour m’empêcher de faire les études que je voulais. Mes plans étaient d’aller à l’école secondaire reliée à l’université d’agronomie et œnologie « Liceo Agrícola y Enológico » et … tout est tombé dans l’eau. Ils m’ont dit : tu devrais être avocate comme ton grand-père. Pour accomplir cet objectif familial, ils m’ont inscrite dans l’école reliée à comptabilité et droit. Ayoye, j’ai détesté cela, mais j’ai appris des notions utiles même pour aujourd’hui. 

Tête dure comme je suis, ‘le mouton noir de la famille ou bien le garçon manqué’, je me suis inscrite a l’université d’agronomie et œnologie. J’ai beaucoup étudié pour passer les examens, car elle est contingentée et je suis rentrée a la carrière des mes rêves. Difficile, car même certains professeurs nous disaient que les femmes devraient rester à la maison et prendre soin de la famille. Nous avons aussi été malmenés dans certains examens, mais je suis devenue Ingénieure agronome et œnologue pour mon bonheur et celui de mes parents (oui, celui de mes parents aussi, finalement). Le mouton noir a réussi!!!

J’ai commencé à travailler pour Seagrams l’année de ma graduation, 1997. Difficile aussi, des gars partout sauf secrétariat, labo et la personne qui s’occupait du magasin d’étiquettes – capsules – bouchons – etc. Une fois je suis montée sur un banc pour initier une lutte contre celui qui m’obstinait le plus parce que j’étais une femme. Nous n’avons pas lutté, une chance!!! car il m’aurait certainement envoyé à l’hôpital!!!  En 1999 Seagrams a décidé de me transférer à Montréal et de me donner le poste d’administratrice de la qualité et développement des produits pour toutes les Amériques sauf É.-U. et Canada. C’est évidemment à cause ou bien grâce à eux que je suis ici. C’est grâce à mon mari, un québécois, que je suis restée.

J’ai quitté Seagrams et travaillé 7 ans à la SAQ et depuis 2011 au Domaine des Côtes d’Ardoise. Je suis aussi la Présidente de l’Association Canadienne des Œnologues et cela c’est un grand honneur!! Nous faisons tout ce que nous pouvons pour faire connaitre notre profession, pour la promouvoir et surtout nous luttons contre l’usurpation de notre titre que, malheureusement, n’est pas encore reconnu au Canada.

Je suis heureuse et chanceuse!!!!!, il est plus facile ici pour les femmes que dans d’autres pays dans lesquels être une femme veut dire être malmenée ou bien être moins qu’un animal. Je suis née dans un pays de machos mais la femme est quand même respectée. Nous sommes chanceuses, et même si pour certaines il y a encore du chemin à faire, la vie est plus facile ici. J’ai une profonde admiration pour les femmes qui se battent pour avoir accès à l’éducation – base de tout développement -  et contre l’oppression. J’admire aussi les hommes qui aident les femmes à s’accomplir. Au Québec il y en a beaucoup, j’en ai un et je suis fière!!

Il faut dire que le fait de participer et faire une petite contribution, d’une certaine façon, à ouvrir et faciliter les chemins pour d’autres femmes et hommes plus ouverts nous donne une fierté.  

Bárbara Jiménez Herrero
Œnologue
514-831-9441
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Présidente de l’Association Canadienne des Œnologues

En ayant une moitié de mon sang italien et ayant étudié dans une école primaire italienne à Mendoza (Argentine) ma ville natale, j’étais familière avec l’endroit Oltrepò Pavese, mais avec ses vins?... Pas du tout, je ne les connaissais vraiment pas!


Voilà que la journée de la conférence (lundi 7 juillet à 10 h 30 à l'hôtel Marriott Château Champlain a été super profitable pour comprendre et connaitre cette région et ses vins. Quoi dire des sympathiques producteurs qui, comme nous tous, sont des passionnés de la vigne et du vin.

Voici un peu d’explications générales sur l’endroit et vous aurez aussi un aperçu d’un produit que j’ai personnellement adoré. Pour vous faire saliver et m’assurer que vous complétez la lecture de mon article jusqu’à la fin, vous trouverez quelque part dedans, la description d’un mousseux magnifique.

barabara rgionitalie  

OP (Oltrepò Pavese) est aussi connu comme le « Vieux Piémont », il se trouve au nord de l’Italie dans la Lombardia, entre l’Emilia Romagna et il Piemonte. Il produit des raisins depuis très longtemps, depuis les années 1800 environ.
Il y avait 480 cépages vers la moitié du 19e siècle, quelques-uns sont encore cultivés par exemple :

  • Le Pinot Nero (Pinot Noir)
  • La Barbera
  • La Croatina
  • Le Riesling
  • Le Moscato
  • L'Uva rara.

Ils ont 38 châteaux, des prairies et des montagnes (les Alpes et les Apennins), superbe pour combler l’œil!

Ils ont 13 500 ha de vignes, 3000 ha sont de Pinot Nero. Avec un sol calcaire et la différence marquée de température entre le jour et la nuit, la complexité des vins est assurée.   On se demande comment est-il possible qu’ils ne soient pas connus? Ils produisent des raisins pour les coopératives qui vendent aux appellations plus connues comme Franciacorta. Deux tiers des producteurs font partie des coopératives et le tiers qui reste a créé le « Distretto de l’OP ». Ils sont 80 producteurs et embouteilleurs avec leurs propres marques commerciales et de cette façon ils ont arrêté l’hémorragie (vendre à des coopératives n’est pas toujours payant et bon pour les vignerons). Quelle bonne décision pour leur bonheur et celui de nous tous!!!!

Nous avons dégusté des Pinots Noirs super intéressants. Ils ont une signature spéciale et particulière à OP : les pinots présentent des arômes de cerise noire – d’anis et de réglisse, une finesse et une élégance fantastique, une délice pour nos palais.  Le savoir-faire du vigneron et celui de l’œnologue laissent exprimer le terroir et nous donnent ce nectar délicieux!

Bravo OP!!!! Et j’espère vous voir bientôt au Québec à la SAQ!!

L’après-midi, j’ai fait la visite des tables dans lesquelles les producteurs exposaient leurs produits et j’ai dû choisir un vin pour vous en parler. Voici celui qui a pris mon cœur et pour lequel mes papilles ont vibré de plaisir. Le 66 de Tenuta Fornace – 66 mois d’élevage sur lattes!! 2008 wow!
barbara soixantesixe  
Le 66 est du vin mousseux obtenu selon la méthode classique (deuxième fermentation en bouteille) du meilleur cru de Pinot Noir (on appelle cela un “Blanc de Noir”) et gardé sur lies pendant soixante-six mois. C'est un choix de l’œnologue et propriétaire Andrea Rossi pour se distinguer de Franciacorta et du Champagne. L’entreprise “Tenuta Fornace” est constituée de 5 vignobles en Lombardie et 3 au Piémont, sont tous organique et totalisent 110 hectares. La grande partie des raisins de Pinot Noir viennent du vignoble “Cascina Mosca” qui se trouve dans La Vallée de la Versa en OP, Lombardie.

Il présente une couleur dorée. Sa limpidité est impeccable, son perlage…. parfait, petit, élégant, persistant.
Pour le nez: voilà que la finesse s’exprime à son meilleur, les arômes de pain grillé, de levures (lies), de noisettes grillées, sont accompagnés par les arômes fruités avec la pêche blanche, la poire et les fruits exotiques (ananas, fruit de la passion) et les notes florales, sublimes!!!
En bouche: bien équilibré, belle fraicheur, très bien balancée.
 
Voilà un produit qui peut être pris en toute occasion!!!



Bárbara Jiménez Herrero
Œnologue
514-831-9441
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Présidente de l’Association Canadienne des Œnologue

Dimanche, 10  novembre à l’après-midi, je suis arrivée à la Place Bonaventure avec un aperçu de ce que je voulais faire : parler d’un chardonnay américain!!

Les 2 vedettes du salon : les chardonnays et les vins américains, je voulais faire d’une pierre 2 coups. Voilà qu’en me promenant…. je n’ai pas peu m’empêcher de changer mon programme. Et voilà la raison de mon changement : l’Argentine – mon pays – la Nouvelle-Zélande – mon rêve – et un spirit – mes anciens amours! (Par contre, pour ne pas me faire critiquer.. j’ai choisi San Juan au lieu de Mendoza).

barbara etchart
Victor Marcantoni œnologue, de Graffigna


Argentine : arrêt au kiosque de Graffigna – le 2e plus vieux vignoble en Argentine! Un peu d’histoire du vignoble et de l’œnologue avec détails de la dégustation.
Graffigna est fondée en 1870 par des immigrants italiens à San Juan.  En 1885 Graffigna entraine l'expansion des chemins de fer pour atteindre plus de clients. Il est le premier établissement vinicole à utiliser la force de gravité dans le processus de vinification et en 1925 a importé d’Europe plus de 800 cépages pour les étudier (cela fut la plus complète collection ampélographique en Argentine).
1980 Graffigna est vendue à Allied Domecq et en 2005 elle est incorporée à Pernod Ricard.

L’œnologue, responsable de la zone œnologique de l’entreprise et aussi de l’équipe des agronomes (viti-vini!!! comme il devrait être partout) Victor Marcantoni m’a accueilli avec enthousiasme. Né à Mendoza, il a étudié à Don Bosco et devenu œnologue en 1981. Il est devenu Directeur des vins de Pernod Ricard en 2004 et responsable des 3 équipes d’œnologie et agronomie pour Graffigna : Etchart Cafayate 440 has, Graffigna San Juan 190 has et Mendoza avec 170 has. Voilà qu’il m’a fait déguster son préféré, sa fierté,  un vin rouge « Santiago Graffigna », un hommage au fondateur et la plus belle expression du terroir de San Juan.

Ce vin emblématique est un mélange de 40% Malbec, 30% Cabernet Sauvignon et 30% Syrah de vignobles sélectionnés dans la vallée Pedernal de San Juan. Vieilli en barriques françaises neuves pendant 18 mois et 6 mois en bouteilles. C'est un vin complexe avec arômes fruités de cerise, prunes, fruits confits, bois délicatement exprimé et élégant. En bouche, bonne présence, tannins doux et bien mariés. Un must!
Vendu en importation privée www.corby.ca
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nouvelle Zélande : visite chez Brancott Stoneleigh Malborough avec Jim Robertson leur Global Wine Ambassador. J’ai tout tout dégusté : 2 sauvignons blancs, chardonnay, 3 pinots noirs et…. Je ne peux pas tout écrire, il me reste encore le spirit. Voici un aperçu du chardonnay primé à La Grande Dégustation et de mon préféré, le 2e pinot noir!

Chardonnay : fruité, floral, équilibre avec le bois, vanille, pêches blanches, agrumes, rond en bouche avec une belle point acide, vif et long. Élégant, agréable, à boire!!!  Vendu à la SAQ. Pour votre information, 45% fermentation en acier inoxydable, 55% en barriques françaises d’un an et plus. Malolactique partielle et 4 à 6 mois en barriques et battonage fait régulièrement pour obtenir la complexité que le vin montre.

Pinot noir : mon préféré, mon achat!! Pinot noir 2012 Lattitude Collection. Cueilli à la machine, petits rendements, 20% fermentation spontanée, 35% barriques françaises pour 8 à 9 mois. Très fruité, mûres et cerises noires, des notes de chocolat, de moka, ample et équilibré en bouche, magnifique!!!! Vendu en importation privée, j’ai acheté!
www.corby.ca
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

barbara jim
Jim Robertson leur Global Wine Ambassador.

 

barbara maryse  

Voilà le spiritueux pour la fin : Jack Daniel’s Winter Jack

Il fallait que je parle avec Marise Pignoloni, Directrice de Ventes pour Brown-Forman Québec pour avoir une explication précise du produit innovateur de la SAQ qui sera lancé au marché Québécois bientôt.
 
barbara jac

Le produit est un agréable mélange de cidre et de Tennessee  whiskey Jack Daniel’s.  Voilà une explication de la naissance du produit : Mme Lynne Tolley, grande nièce de M. Jack Daniel’s, a un restaurant à Lynchburg – Tennessee – Miss Mary BoBo’s.  Chaque année, elle sert le menu de Noël toujours rempli de plats classiques tels que le pudding au pain glacé de beurre au whiskey Jack Daniel's. Il est également de la tradition de Mme Tolley de servir son punch à base de cidre de pomme et de Jack Daniel's à sa famille et ses amis.

La compagnie, en se basant sur le produit offert par Mme Tolley, a lancé ce punch traditionnel (style grog) en Allemagne en 2011. Ce pays fût choisi puisqu'il avait le marché cible parfait: la plus haute consommation de boissons alcooliques servies chaudes. En 2012, ce fut le tour du New Hampshire aux États-Unis. En 2013, le Canada sera le 3e marché au monde à avoir la chance de commercialiser ce produit unique.

Disponible à la SAQ dès le 16 novembre code 12133193 au prix de 23,95$. Il a des arômes de pomme, zestes d’orange, cannelle, clou de girofle et Jack Daniel’s. En bouche, très équilibré, rond, agréable. En fin, un produit très réconfortant, fait penser à une tarte aux pommes, veloutée, généreux, à boire chaud ou froid, mais à boire, surtout pour Noel et pourquoi pas au nouvel an.

Merci à tous et je m’excuse aux producteurs américains et aux chardonnays pour avoir passé mon tour et parlé de mes racines et mes amours.


Bárbara Jiménez Herrero
Œnologue
514-831-9441
Présidente de l’Association Canadienne des Œnologues

 

24 septembre 2013. Évènement Bodegas Palacio organisé par Importation Épicurienne au restaurant Hambar de l’hôtel St-Paul.


Monsieur Federico Vázquez Amoedo, gérant d’exportation de Bodegas Palacio, nous a présenté le vignoble et les vins.

Bodegas Palacio est née à La Guardia, dans la Rioja Alavesa, en 1894. Elle est la 3ième bodega à avoir vu la lumière du jour en Espagne. Il a 170 ha, 12000 barriques (9300 françaises et 2700 américaines) avec une capacité pour élaborer 2,5 millions de litres. Les vins blancs sont faits à base de Viura et les rouges uniquement avec du Tempranillo.

Deux familles des vins ont étés présentées, Glorioso qui a une empreinte traditionnelle espagnole et Cosme Palacio qui a une signature Michel Rolland.
Nous avons dégusté plusieurs vins de la gamme Cosme Palacio et aussi le Glorioso.
Cosme Palacio blanc 2010 100% Viura, qui m’a enchante avec sa robe dorée, ses arômes élégants d’épices, melon miel, camomille et de bois fondu. On peut  aussi remarquer son équilibre et sa longue présence en bouche.

On s’est régalé avec une verticale de Cosme Palacio rouge en dégustant du 2010, 2007, 2006, 1995 et 1990. Quel bonheur, quel plaisir,  quelle belle façon de pouvoir découvrir l’évolution du vin à travers le temps. Selon Federico, l’influence du millésime dans cette région et pour ce vin, n’est pas marquée, n’est pas importante. Il nous a fait comprendre qu’on peut déguster et comparer sans faire allusion à l’empreinte du millésime car il ne semble pas y en avoir une. J’ai adoré mon expérience, j’ai beaucoup aimé avoir la chance de déguster tous ses millésimes qui ne sont, malheureusement, plus en vente sauf le 2010 et le 2008.

barbara barphoto

Tous faits avec 100% Tempranillo, 100% barrique neuves françaises, des longues macérations et le style Michel Rolland. Fruités, on remarquait les fruits frais dans les plus jeunes et l’évolution vers des fruits mure et marmelades dans les plus vieux, et pour le 1990 les arômes de champignons et sous-bois avaient gagné sa place. Tous très intéressants avec un rapport qualité-prix remarquable, j’en achèterais et ferais vieillir pour répéter cette expérience d’une verticale de Cosme Palacio.

Glorioso Reserva Especial 2006, influencé pas les barriques françaises de 2ième, 3ième et 4ième année et les barriques américaines, ce vin plus traditionnellement espagnol m’a plu, j’ai adoré!! Avec ses arômes de fruits noirs et rouge, bien balancé avec le bois et une bouche exquise, ce vin ne nous laisse pas indifférents.

Pour finir, le Bodegas Palacio Especial Reserva 2005, mon préféré! Ce vin est élaboré uniquement dans les meilleures années avec des parcelles spécialement sélectionnés et soigneusement suivies. Vieilli pendant 24 mois dans des barriques neuves françaises et 12 mois en bouteille, il a encore besoin de se faire carafer. Une fois qu’il s’ouvre en montrant des notes de moka, café, tiramisu, des fruits murs et du chêne extrêmement bien intégré, sa bouche longue avec des tannins encore serrés, promet et promet beaucoup!!! À acheter, seulement en importation privée, il faut en avoir dans le cellier.

Merci Bodegas Palacio et Importation Épicurienne pour cette magnifique dégustation et découverte.

Voici leur site!

Bárbara Jiménez Herrero
Œnologue
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Présidente de l’Association Canadienne des Œnologues

 

La rencontre a eu lieu au Centre Phi. Une présentation agréablement faite, ambiance très conviviale, endroit approprié et les bouchés du Chef Martin Juneau du Pastaga « superbes »!


Quelle magnifique rencontre! Quel œnologue! Enrique Tirado a étudie a l’Universidad Católica de Chile et il est arrivé au sein de l’entreprise Concha y Toro en 1993. Depuis 1997, il s’occupe de la gamme de vins premium et ultra premium, les vins « Don Melchor ». Enrique est une personne simple, passionnée par son travail, avec la profonde conviction du respect de la vigne et de son fruit, le raisin.
 
Il recherche avec précision, l’expression de la terre en choisissant soigneusement la méthode de vinification appropriée à chaque parcelle et à chaque vendange. Il est accompagné d’un ingénieur agronome, de 2 œnologues et de M Boissenot – consultant – œnologue français très reconnu qui collabore avec la tâche de participer aux assemblages.

 

Le vignoble : Puente Alto situé dans la Vallée du Maipo, au pied de la cordillère des Andes sur la rive nord de la rivière Maipo.  114 hectares de vignes composées de 90 % cabernet sauvignon (vignes de 20 ans), 7 % cabernet franc, 2 % merlot et 1 % petit verdot. Enrique nous fait remarquer que Don Melchor est composé en majorité de cabernet sauvignon avec un petit ajout de cabernet franc. Merlot et petit verdot ne rentrent pas dans les assemblages pour le moment, car les vignes sont encore trop jeunes et les vins ne sont pas à la hauteur pour rentrer dans l’assemblage premium de Don Melchor.  Il y a 6 parcelles délimitées avec soin, car ils donnent des caractéristiques différentes et ils sont gérés de façon indépendante en considérant cette différence.
 
Le secret : un sol pierreux avec des sédiments qui proviennent de la montagne, alluvionals. Un sol pauvre en éléments nutritifs avec une rétention d’eau minime qui limite la végétation, l’abondance de la vigne. Rendement de 4 tonnes per hectare.

Le vin : Don Melchor. 12000 cs de 9 litres sont produites annuellement. La récolte est manuelle, un tri est fait pour choisir les grappes et les raisins qui rentreront dans la production de ce magnifique vin. Fermentation en inox, avec une macération de 2 à 3 semaines une fois la fermentation est finie. Malolactique fait à 100 % des vins. Élevage de 14 à 15 mois en barriques 100 % Françaises, 70 % neufs et 30 % d’un an. Élevage en bouteille d’un an à un an et demi avant de rentrer aux tablettes pour la vente.

Nous avons dégusté les millésimes 2003, 2008 et 2009. Nous retrouvons des arômes d’épices, viandes, beaucoup des fruits, chocolat noir et blanc, vanille. Ils sont tous équilibrés avec une présence chaleureuse de l’alcool, une rondeur magnifique.
Je dois dire que le cabernet sauvignon s’exprime très bien, que le terroir soigneusement choisi, la passion et le plaisir du travail font ce mariage parfait, quoi d’autre dire, délicieux !!!

Merci de partager avec nous vos magnifiques vins. 
 

NOTE DE L'ÉDITEUR

Barbara Jiménez Herrero est notre nouvelle collaboratrice, et elle est Présidente de l'Association Canadienne des Œnologues!

 

dimanche, 18 mai 2014 00:00

L'Oenologue au Canada

Fort de 4 régions de production - Ontario, Colombie-Britannique, Nouvelle-Écosse, Québec, le Canada se positionne au 18ième rang de la production mondiale de vin (en 2010, 9600 hectares de vignes en production et une estimation de 50,5 millions de litres produits/an). Et celle-ci ne cesse d’augmenter… et le nombre de professionnels de l’industrie vitivinicole aussi.
 

Parmi ces professionnels, des œnologues, canadiens ou étrangers, travaillent à différentes étapes de la chaîne de production.

Cependant, l’œnologue est mal connu ainsi que les différents métiers qu’il peut exercer. Loin d’être seulement un chimiste du vin, l’œnologue est synonyme de vecteur d’informations et de progrès technique.

Cet article permettra d’éclairer un peu plus le lecteur.

Définition de l’œnologue :

L’Union Internationale des Œnologues propose une définition actualisée de l’œnologue comme étant le professionnel qui a une aptitude reconnue par une formation universitaire lui permettant cumulativement :

  1. D’intervenir dans la conception, l’établissement et la gestion du vignoble.
  2. D’évaluer les critères de maturité et de décider du moment opportun de la récolte en fonction des niveaux de maturité attendus.
  3. D’évaluer les critères de qualité de matière première réceptionnée en termes de composition et d’état sanitaire et en fonction du produit final recherché.
  4. De participer activement à l’implantation des sites, du choix des processus et des équipements technologiques
  5. De maîtriser toutes les opérations unitaires présidant aux transformations du raisin.
  6. Sur la base du produit final recherché, de sélectionner, en évaluant leurs conséquences ultérieures, les opérations unitaires nécessaires à la vinification, l’assemblage, les traitements, l’élevage le conditionnement et la conservation.
  7. D’élaborer des produits loyaux conformément aux pratiques œnologiques reconnues et figurant dans le code de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.
  8. De procéder aux contrôles analytiques (chimiques, physiques, microbiologiques  et sensoriels) du produit à chaque niveau d’élaboration jusqu’à la consommation.
  9. De  contrôler la cohérence des interventions et des processus.
  10. D’interpréter les résultats analytiques en fonction du stade d‘élaboration et des destinations du produit
  11. De prendre en charge l’ensemble des processus et des contrôles  relatifs au management de la qualité dans le respect des normes nationales et internationales.
  12. D’assurer la traçabilité du produit.
  13. De garantir la sécurité sanitaire et alimentaire du produit.
  14. De respecter l’équilibre environnemental.
  15. De formuler des recommandations dans le domaine du marketing portant sur la désignation et la présentation du produit lors de sa mise sur les marchés national et international.
  16. De conseiller les différents acteurs de la production à la commercialisation des produits de la vigne et d’agir utilement à leurs côtés.
  17. De participer à la présentation et au processus de valorisation des produits élaborés auprès des  acheteurs et des consommateurs.
  18. D’assumer l’analyse et la synthèse de l’ensemble des données issues de ses multiples fonctions afin de les exploiter judicieusement.

L’enseignement, la formation et la reconnaissance du titre :

L'œnologue suit une formation universitaire de 3 à 5 ans auprès d'Instituts supérieurs spécifiques en étudiant des matières propres au secteur de la vitiviniculture comme la viticulture, les pathologies de la vigne, la législation vitivinicole, l'œnologie, la zymotechnie, la mécanique œnologique, la chimie œnologique, l'analyse sensorielle, etc…

Actuellement seuls l’Italie, la France, l’Espagne, Argentine, Brésil et la Suisse reconnaissent le titre d’œnologue. Le Chili, l'Allemagne, la Slovénie et l'Uruguay sont en phase de reconnaissance par leurs gouvernements respectifs.
Cependant, des pays comme l'Australie, l'Afrique du Sud et les États-Unis d'Amérique, forment des œnologues dans leurs universités conformément aux directives établies, même si le titre n’est pas reconnu au niveau national.

Au Canada, il n’existe pas encore d’institution délivrant le titre d’œnologue
. Cependant la Brock University de St. Catharines, en Ontario, a réalisé d'importants investissements en enseignement et en R&D, notamment par le biais de son Cool Climate Oenology and Viticulture Institute.
 

barbara logo acoe

L’Association Canadienne des Œnologues

Même si le titre d’œnologue n’est pas actuellement reconnu par le Canada, des œnologues canadiens (ayant étudiés et obtenus leur diplôme dans une université des pays précédemment cités) et étrangers mettent leur expertise au profit de l’élaboration de vins de qualité reconnus sur le plan national et international.
Créée en 1984 à Montréal et membre de l’UIOE depuis 1985, l’Association Canadienne des Œnologues (ACOE) se veut être avant tout un lien entre les œnologues œuvrant sur le sol canadien.

Pour cela elle s’est fixée plusieurs objectifs :

  • Contribuer au développement des professionnels œuvrant en œnologie;
  • Mettre les différentes possibilités techniques présentes et futures à la portée du plus grand nombre possible de praticiens;
  • Réunir les conditions nécessaires pour garantir l’emploi et l’efficacité des diverses opérations œnologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur;
  • Assurer la défense de l’honneur et de l’indépendance des membres qu’elle représente;
  • Assurer une étroite relation avec l’UIOE:
  • S’opposer à l’usurpation du titre d’œnologue ;
  • Assurer d’étroite relation avec les autres associations vitivinicoles canadiennes ;
  • Assurer des liens de solidarité entre ses membres.

 
Barbara Jimenez Herrero
Présidente de l'Association Canadienne des Oenologues

Jérémie D’Hauteville
Vice-président de l'Association Canadienne des Oenologues


Contacts :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.acoe.com/english/