jeudi 23 novembre 2017

Coravin, plus de 100.000 exemplaires vendus dans le monde depuis son lancement en 2013.

Le système américain permettant de goûter un vin sans déboucher la bouteille s'est écoulé à plus de 100.000 exemplaires dans le monde depuis son lancement en 2013. En France, il a dépassé cette année les 150 points de vente et compte atteindre 500 magasins d'ici fin 2016.

 Alors que les foires aux vins battent leur plein en France, les dirigeants de Coravin peuvent avoir le sourire. Un peu plus de deux ans après le lancement de cette technologie permettant d'extraire le vin d'une bouteille sans en ôter le bouchon, l'objet s'est écoulé à plus de 100.000 exemplaires un peu partout dans le monde. Et, un an après son arrivée en France, le pays du vin par excellence, la technologie mise au point par l'américain Greg Lambrecht est désormais disponible dans environ 150 points de vente hexagonaux.

Chez les spécialistes du vin bien sûr comme Lavinia, ou dans les grands magasins parisiens comme la Grande Épicerie du Bon Marché ou le Lafayette Gourmet du Boulevard Haussmann. Mais pas seulement. Depuis quelques mois, le produit s'est lancé à la conquête du grand public via les chaînes de distribution spécialisées dans les arts de la table: Culinarion, Ambiance et Styles, Francis Batt. Un belle évolution pour Coravin, qui n'était disponible en France il y a un an que via son site internet. «L'objectif est de monter à 500 points de vente l'an prochain, assure Frédéric Lévy, le PDG de Coravin. Nous ne visons pas la grande distribution, car pour convaincre les clients, il faut leur faire une démonstration. Les magasins les plus performants sont d'ailleurs ceux qui font tester le produit, et font effectivement goûter les vins. Pas ceux qui le proposent uniquement sur une étagère».

Tester le produit en situation

De fait, le procédé est particulier. Il permet de se servir d'un échantillon de vin passant au travers du bouchon de liège sans le casser. L'injonction simultanée d'argon dans le bouteille avant le retrait de l'aiguille permet au vin de ne pas s'éventer, et donc d'être consommé plusieurs années plus tard. La cave Coravin aux États-Unis recèle d'ailleurs de centaines de bouteilles testées il y a plusieurs années, et intactes au goût et en qualité en 2015. Vendu 299 euros en France, le produit séduit les spécialistes du vins comme les consommateurs plus occasionnels.

À l'heure actuelle, une grosse moitié de la clientèle est encore composée de professionnels (sommeliers, restaurateurs désireux de pouvoir offrir du vin de prestige au verre...). «On sera bientôt à 80% de particuliers», estime Frédéric Lévy qui souligne le potentiel de la France, aux côtés des deux autres marchés historiques du groupe que sont les États-Unis et l'Angleterre. La société à ouvert en fin d'année dernière un bureau à Hongkong. Elle s'est aussi récemment lancée à Singapour, et s'apprête à investir les pays nordiques (Norvège, Danemark...). Au total, le produit est distribué dans une quinzaine de pays. Coravin, qui a réalisé environ 20 millions d'euros de chiffre d'affaires selon nos estimations, estime pouvoir dégager ses premiers bénéfices l'an prochain.
Source: LeFigaro.fr du10 septembre 2015

À propos de l' auteur

Je suis un «réseauteur dans l’âme» et je suis en charge du développement des affaires dans les réseaux de l'agroalimentaire, des alcools et de l'hospitalité (HRI-HORECA). Mes objectifs sont de vivre en très bonne santé financière, en équilibre et en harmonie.